25 mai 2009

Pris qui croyait prendre

Texte de Pierre H. Charron, exercice #3 de la Plume volage

Le calme fut soudain brisé quand, au beau milieu du champ de tulipes, surgit un fauve aux allures de dinosaure, avec sa tronche en forme de cigare, sa queue qui se déroulait comme un rondin de tourbe et ses yeux qui se creusaient tel un corridor sans fin auquel, de chaque extrémité, prônaient deux antennes qui faisaient figure de mandibules aux pouvoirs ultrasoniques. Un mastodonte s’avança vers moi et il fallait que je me mette à table pour me sortir de ce foutu pétrin.

Usant d’un subterfuge spontané, je brandis un crayon auquel était agrafé un mouchoir aux couleurs de truite arc-en-ciel et le fis tournoyer au-dessus de ma tête tout en claironnant une comptine fraichement concoctée de laquelle une octave de décibels retentit, formant un écran de protection invisible auquel se buta le géant en pleine crise d’hystérie. Il se dandinait maintenant le postérieur au rythme d’une Samba tout en beuglant comme une Castafiore en rut. On aurait dit qu’il lui manquait un boulon ou deux, un Dingosaure dansant était une étiquette qui lui allait à ravir et l’épisode de terreur était maintenant catalogué vestige du passé.

Retombant dans mes pantoufles et constatant que l’hurluberlu n’était pas plus méchant qu’un achigan à grande bouche, j’embarquai dans la ritournelle en l’agrippant par la taille et me mis à sautiller comme une sauterelle en bondissant côte à côte avec lui. Nous nous sommes mis à rire aux larmes jusqu’à ce que la farce nous renverse sur le dos et que nous nous esclaffions à tout rompre, les yeux pochés et bouffis de plaisir.

À ce moment, les ampoules se sont tamisées, le rideau est tombé et tous les copains de la classe se mirent à applaudir à tout rompre dans la salle. Au troisième appel de l’audience, je retourne sur la balustrade avec Bruno à mes côtés, qui tient sa tête de peluche sous le bras, et nous saluons notre public qui jubile comme larron en foire. Quelle extase!

8 commentaires:

ClaudeL a dit…

Je ne comprends pas tout à fait: qui a écrit quoi? pourquoi publier un texte de Pierre H sur votre blogue? D'autant qu'il a le sien...

Rien contre, remarque.

tangomango a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
tangomango a dit…

à ClaudeL:

Si vous allez dans: Exercices à faire #3 sur ce blogue, vous allez comprendre pourquoi Isabelle publie un texte de Pierre H.

Isabelle Lauzon a dit…

Merci Tangomango!

À ClaudeL (et à tous ceux qui se posaient cette pertinente question) : j'offre à tous ceux qui font mes exercices un espace sur mon blogue, question de comparer les résultats. C'est fou! Avec les mêmes contraintes, les textes sont complètement différents!

Ca n'aurait pas eu le même impact si Pierre l'avait publié sur son blogue. Quoiqu'il en a parfaitement le droit s'il en a envie, ce texte lui appartient de plein droit!

ClaudeL a dit…

OK, je viens de comprendre. Merci et j'espère que personne ne s'est offusqué de la question.
Alors je vais aller lire l'autre texte pour comparer.

Isabelle Lauzon a dit…

À ClaudeL : Aucune offense! Si tu as envie de le lire, j'ai aussi fait l'exercice : tu le trouveras sous le libellé "Mes textes", ça s'intitule "Intrusion". Bonne lecture!

Chantal Moreau a dit…

J'en reviens pas, un texte tout à fait différent des deux autres mais avec les mêmes contraintes. C'est vraiment super! Bravo Pierre.

Pierre H.Charron a dit…

Oui, C'est génial de pouvoir concentrer les textes du même exercice sur le même site. L'effet est décuplé et ca donne un avant-goût de ce qui se passe dans des ateliers d'écriture et aussi de comptempler la magie des mots qui dansent dans la tête de chacun.

Merci Chantal dde tes bons mots, et en plus tu m'as provoqué avec ton texte ;) je me devais de riposter !!! Au plaisir de se rencontrer.