13 mars 2009

Enfin vendredi!

Dure, dure semaine...

Samedi dernier, j'ai eu un torticolis, un méga torticolis plutôt, qui m'a malmenée toute la semaine. Il est encore très présent d'ailleurs. Même le sac magique n'en vient pas à bout.

Et mon conjoint a fait du temps supplémentaire mardi soir, mercredi soir, jeudi soir et... ce soir, vendredi! Donc, je me suis occupée seule de la maisonnée : souper, devoirs, bains, lunchs, etc., etc...

Ai-je vraiment besoin de mentionner que je n'ai pas eu le temps ni l'énergie d'écrire une seule ligne cette semaine?!?!

Je n'en peux plus, il FAUT que j'écrive, c'est vital! J'ai eu un flash pour une nouvelle histoire, je l'ai jeté à la va-vite sur un bout de papier, pas le temps. On verra ça en 2063. Et le témoignage de mon beau-père n'attend que mon bon vouloir : c'est ma priorité numéro 1, dès que je trouve un peu de temps à lui consacrer. Et quand je parle de temps, je veux dire du VRAI temps, pas deux minutes par-ci par-là!

Heureusement, le week-end arrive. Et même s'il est chargé, comme d'habitude, je me promets à moi-même d'écrire au minimum deux heures. Je l'ai mérité!

4 commentaires:

Pierre H.Charron a dit…

Ce week-end , tu ne te feras pas voler d'une heure (HAE)comme la semaine dernière, et plus de travaux d'atelier d'écriture...Alors profites-en bien car le week-end prochaine on va voir M. Fisher... tu amènras les prémices de tes textes!
Bon week-end!

Claudel a dit…

J'ai réussi à voler du temps au temps en me levant à 6 heures le matin, m'assurant ainsi de deux heures, parfois trois, seule et tranquille.
Mais c'est pas donné à tout le monde de pouvoir le faire. Et bien souvent, il est consacré aux courriels, ou tout juste une période de réchauffement. C'est fou écrire prend plusieurs heures par jour, une travail à plein temps et pourtant quel écrivain (au Québec) a ce temps payé? Mais je mêle tout, je suppose.

Isabelle Lauzon a dit…

À Pierre : En effet, j'en profite ce week-end, car cette semaine ce sera plus difficile. Pour M. Fisher, je serais très gênée de lui présenter un texte comme le suggérait Nicole, durant une pause ou l'heure du diner. Pauvre lui! Je vais plutôt savourer et digérer toute la matière qu'il va nous transmettre.

Isabelle Lauzon a dit…

À Claudel : Le matin, ce n'est pas possible, je me lève déjà à 5 h... Et quand j'essaie d'écrire le soir (pas avant 20 h 30 - 21 h, au minimum), je suis tellement brûlée que rien de bon n'en sort. Alors je savoure chaque seconde de mes lundis!

En effet, le temps d'un écrivain n'est pas rémunéré, mais je pense à ceux qui tricotent ou qui font de la peinture sur bois : eux non plus, en général, ce n'est pas rémunéré. L'important, c'est surtout notre passion pour l'écriture. Et qui sait, un jour, peut-être que ça nous rapportera...