8 février 2009

La tâche sacrée

Réalisé en atelier de création littéraire, en décembre 2007

C’est l’heure du dîner et, comme de raison, un importun frappe à la porte. Janvier s’écrie :

- C’est l’Automne, je reconnais le son de sa branche racornie!

Février, qui pour rien au monde ne laisserait son grand frère lui damer le pion, renchérit :

- Je l’avait reconnu avant toi, rien qu’au bruissement de ses pas!

Mars, leur père, lève les yeux au plafond. Cette énième dispute l’agace prodigieusement. Mère Avril calme les ardeurs de ses guerriers d’un regard autoritaire et elle demande à Mai, la benjamine, d’aller ouvrir au vieux chêne.

- Non, c’est moi qui irai! s’exclame Juin en se levant précipitamment.

Les deux fillettes se chamaillent et empoignent la porte en même temps. Le pauvre vieillard trébuche de surprise et Juillet, l’aînée, accourt pour le soutenir. Le bonhomme est plus lourd qu’il n’y parait et Août le musclé prête main forte à sa sœur préférée.

Toute la famille est suspendue aux lèvres du centenaire. Chacun se demande qui il désignera pour accomplir la tâche sacrée. Septembre et Octobre trépignent sur leur chaise. Novembre s’impatiente et leur distribue tour à tour un coup de pied hypocrite.

Monsieur Automne ouvre enfin la bouche et désigne solennellement Décembre, le cadet.

- C’est à toi, mon petit, que je passe le flambeau. Voici la baguette d’hiver, agite-là vigoureusement. Une neige légère recouvrira bientôt le sol et je pourrai enfin me reposer un brin !

2 commentaires:

Pierre H. a dit…

Je me rappeleais plus de cete exercice de déblocage de la créativité ! Ton récit est vraiment le fun à lire. Vraiment une idée géniale combinée à un résultat de première classe

Isabelle Lauzon a dit…

En fait, il s'agissait d'un exercice commencé lors du dernier atelier de notre session et nous n'avions pas à le remettre en devoir. Il dormait piteusement dans mon cartable, à demi achevé, et j'ai eu pitié de lui. Je lui ai trouvé une fin, je l'ai mis au propre et le voici!