11 février 2009

Chasse au trésor

Exercice #1 de la Plume volage : Déblocage de la créativité
Réalisé le 9 février 2009

Le tunnel rétrécissait à vue d’œil. Jack retira son chapeau et passa un savon à son éclaireur.

- Inutile de jouer au plus fin avec moi, Sarik! Tu mens comme un arracheur de dents et je n’y crois plus, à tes histoires sans queue ni tête! Jette la serviette et mets-toi à table!

Sarik versa des larmes de crocodile devant la mine pincée de son employeur.

- Patron, vous n’êtes qu’un ours mal léché! l’accusa le gringalet, le nez coulant comme un robinet.

- Boucle-là! Tu n’es qu’un second violon, un misérable tapis, une maquette de papier mâché!

Jack le Malabar savait comment traiter la racaille indigène. Une main de fer dans un gant de velours, telle était sa devise. Sarik lui avait fait miroiter des merveilles dignes d’un film à gros budget, mais le matamore commençait à trouver ses promesses légèrement tirées par les cheveux.

Le cœur de l’aventurier balançait entre deux séduisantes alternatives. D’un côté, il rêvait de dénicher le trésor. Cette découverte l’aiderait à redorer son blason quelque peu terni par ses récents échecs. De l’autre, la perspective de plonger Sarik dans un foyer rugissant et de le contempler, se consumant tel une branche desséchée, lui semblait délectable.

Sarik, qui connaissait ses classiques, pointa le couloir d’un air enthousiaste.

- Voyez, Patron! Le noyau de la pyramide est là, juste devant!

- Écarte-toi de mon chemin, limace! ordonna Jack en piétinant la main gauche de son guide.

Tel un soldat obéissant, Sarik se tapit contre la paroi et laissa l’impoli prendre la tête. Le cri de l’américain retentit, puis s’interrompit brusquement lorsque ses os se fracassèrent au fond du puits sacrificiel. L’égyptien se prosterna et clama :

- Ô Anubis, dieu suprême, accepte la cinquième offrande de ton fidèle serviteur. Puisses-tu m’accorder enfin l’immortalité!

2 commentaires:

Pierre H. a dit…

Tout une nouvelle! On oublie qu'il y avait des contraintes de taille tant le récit est vif et étincelant.

Ouais , tu t'es mouillé, faudrait bien que je récidive.
Ô Agendus Outlookus, libère-moi de tous ces échéanciers!!!!

Isabelle Lauzon a dit…

Tu n'as aucune excuse! Comme nous l'avons déjà dit, l'exercice ne prend que 5-10 minutes à réaliser! (Plus la réécriture, mais bon...). J'attends avec impatience de lire ton texte!