31 janvier 2009

La quête étoilée

Expérimentation du conte à partir d'une image
Rédigé en atelier de création littéraire, en novembre 2007

Il y a de cela bien longtemps, un astronome solitaire soupirait à fendre l’âme en scrutant le firmament. Le ratachat Raoul, qui passait par là, tendit l’oreille pour écouter ses doléances.

- Ah! s’exclama le malheureux, comme j’aimerais prendre mon envol pour aller rejoindre mes étoiles adorées! Elles m’interpellent chaque nuit et je n’en puis plus de me tourner les pouces ici bas!

La jovialité naturelle du ratachat l’empêchait de passer l’éponge sur une telle détresse. D’un bond félin, il sauta sur les genoux du lutin et il s’enquit sans façon :

- Serais-tu prêt à secouer ta paresse pour réaliser ce rêve que tu caresses?

Nalazou, télescopier en chef de Sa Majesté lutine, leva des yeux surpris sur la créature qui se dressait devant lui. L’animal lui déclara :

- Je détiens un secret qui te propulsera dans l’espace, mon ami! Seulement, tu devras d’abord prouver ta bravoure sans faire de chichis!

Le rêveur désespéré sauta sur l’occasion et promit d’obéir en tous points à ce chat à tête de rat.

- De l’ogre Gaspacho, tu emprunteras le veston, ordonna le ratachat. Et de la sorcière Mara Boulette, tu obtiendras deux réglisses charbonnées.

- L’ogre Gaspacho! s’écria Nalazou avec effroi. Il me dévorera pour son petit déjeuner! Et la sorcière Mara Boulette me transformera en escargot!

- Avec tes hésitations, tu me prends à rebrousse-poil, noble page! lui répondit le ratachat, pince-sans-rire. Prends mon bol et coiffe-t-en, c’est un heaume de courage!

L’effet du couvre-chef fut immédiat et une bouffée d’intrépidité envahit le lutin craintif. Il fonça tambour battant chez l’ogre et il lui déroba sa redingote pendant son sommeil.

La sorcière ne se laissa pas rouler aussi facilement et elle exigea le juste paiement pour son précieux ingrédient. Nalazou dut lui concéder à regret sa banane de pierre porte-bonheur.

Les réglisses entre les dents, le lutin traîna fièrement l’énorme veston devant le ratachat. En le voyant, Raoul se jeta sur le dos et il se roula par terre en se tenant les côtes.

- Mes tourments te font rigoler, espèce de roublard? s’insurgea Nalazou. Avoue, tu m’as monté un bien grand bateau avec tes histoires sans queue ni tête!

Souriant de toutes ses dents pointues, Raoul saisit la règle de l’astronome et il en tapota légèrement la redingote. Le vêtement rétrécit par magie et Nalazou put l’enfiler sans souci.

- Je ne puis attendre davantage, s’exclama l’impatient. Je dévore la réglisse et je m’envole immédiatement!

- De cet ingrédient, tu ne tireras rien en mangeant! rigola Raoul. Sur la tête tu dois marcher et placer un morceau sous chacun de tes pieds!

Les sourcils froncés, Nalazou se mit jambes par-dessus tête et il marcha péniblement sur ses mains palmées. La réglisse se changea aussitôt en mignons souliers d’ébène.

- Ces chaussures te permettront de commander ton véhicule, l’informa Raoul. Pour l’appeler, claque des talons et recule!

Un énorme croissant de lune atterrit sans crier gare devant l’astronome audacieux. Il enfourcha sa nouvelle compagne d’aventures et ils s’envolèrent à toute vitesse dans le firmament étoilé.

Aucun commentaire: